STAYER -FR

STAYER -FR

DERRIERE LES MOTOS : ACTUALITES

Les épreuves de demi-fond de l'année


UN PREMIER POINT SUR LA SITUATION DU DEMI-FOND FRANCAIS APRES LA REUNION DE FORST

FORST c’est Fort …

 

 

Rendez-vous était pris pour le traditionnel week-end de Pentecôte pour dix-huit stayers avec au programme une épreuve derrière Derny le samedi, et deux épreuves de demi-fond sur ce vélodrome historique (1906) développant 400 mètres. Deux équipages français étaient de la fête : Joseph BERLIN-SEMON, la révélation du dernier championnat de France, drivé par François TOSCANO,  et Antoine GAUDILLAT,  avec comme entraîneur son père.  L’occasion en somme pour Joseph de poursuivre son apprentissage au niveau international, sous les conseils d’Antoine. 

 

En préambule, le samedi était réservé à une épreuve derrière Derny courue en deux manches sur un circuit technique et éprouvant comportant trois virages et des pavés digne d’un Paris / Roubaix.  L’occasion pour nos deux représentants de se remettre en selle après un périple routier de dix-huit heures (une paille !) pour se rendre à FORST, ville située au sud de Berlin sur la frontière polonaise.  

A Forst, même le parc à vélo affiche complet ...   

 

 L’objectif de la première manche était de ne pas prendre de risque pour ne pas compromettre l’épreuve du lendemain. Après avoir apprivoisé les pavés, la deuxième était, elle, consacrée à retrouver de bonnes sensations pour les deux compères. Après quelques tours pour remonter en tête de peloton, nous avons assisté à une course d’équipe de nos Français. Pendant les deux tiers de la finale, ils s’évertueront à secouer le groupe en par leurs attaques successives avant de lever le pied pour finir « au chaud » cette épreuve. 

 

 Le classement est donc anecdotique pour nos Français, le vrai travail était réservé pour le Dimanche. 

 

Forster Derny Cup’  

  1. Giuseppe Atzeni (CHi) – André Dippel 2 pnt 
  2. ReinierHonig – Jos Pronk (P-B) 5 pnt  
  3. Stefan Schäfer – Peter Bäuerlein (Ger) 6 pnt 
  4. Franz Schiewer – Gerd Gessler Ger) 9 pnt 
  5. Stefan Lange – Franz Schwarz (Ger) 11 pnt 
  6. Zachary Kovalcik (USA) – Thomas Bauer (Ger) 12 pnt 
  7. Patrick Kos  – René Kos (P-B) 12 pnt 
  8. Daniel Harnisch – Lutz Weiß (Ger) 16 pnt 
  9. Robert Retschke – Holger Ehnert (Ger) 18 pnt 
  10. Joseph Berlin-Semon – Francois Toscano (Fra) 22 pnt
  11. Antoine Gaudillat – Alain Gaudillat (Fra) 22 pnt
  12. Moritz Kaase – Marcel Möbus (Ger) 23 pnt
  13. Peter Jörg – René Gierth (CH) 25 pnt

N.C. : Jakub Filip (Cze) – Heinz Spielmann (Ger) (chute après 16 tours )

 

  

Après une nuit réparatrice, un grand soleil réveille nos équipages le dimanche matin, et, comme la veille, la chaleur aura son importance quand il s’agira de rouler sur le béton du vélodrome. Joseph aura la «joie ?» de prendre le départ des deux manches avec le dernier podium du championnat d’Europe, et pas moins de quatre coureurs ayant porté le maillot européen (Atzeni, Schafer, Schiewer et Kos). 

 

Lors de la première manche Joseph - parti en cinquième position - prend un bon départ et se retrouve en tête de l’épreuve avant la mi-course. Mais les autres coureurs réagissent à cet «affront» pour vite reprendre les commandes. Joseph va donc se retrouver englué dans les turbulences et les « coups de vent?» de ses adversaires du jour. Et ce sera au courage Joseph terminera le dernier tiers de cette manche, dernier certes, mais quand même juste derrière le vice-champion d’Europe 2017. De son côté Schiewer fait honneur à son maillot en remportant avec maitrise cette première manche.  

 

Au départ de la deuxième manche, Joseph rectifie l’erreur du départ rapide réalisé précédemment. Malheureusement, cette fois trop timide dans la gestion de son effort, il se retrouve doublé rapidement. Mais il va vite réagir et se retrouver dans le rythme du groupe, se permettant même de remonter dans le peloton de tête.    

 

Belle expérience pour Joseph qui pour sa première course de la saison lui permet de situer son niveau en comparaison avec les autres compétiteurs qui eux ont déjà participé à plusieurs épreuves en 2018. Nul doute pour les prochaines compétitions, il aura appris que la gestion de l’effort est un point important à ce niveau. 

 

1ère manche 30 km : 28’42’’

2ème manche 40 km :  36’45’’ 

 1 Franz Schiewer (GER)   Gerd Gessler (GER)   1   1   

 2 Stefan Schaefer (GER)   Peter Bäuerlein (GER)   3   2   

 3 Giuseppe Atzeni (SUI)   André Dippel (GER)   2   3   

 4 Patrick Kos (NED)   René Kos (NED)  4   4   

 5 Robert Retschke (GER)   Holger Ehnert (GER)   75   

 6 Zachary Kovalcik (États-Unis)   Thomas Baur (GER)   5  7   

 7 Reinier Honig (NED)   Jos Pronk (NED)   8   6   

 8 Daniel Harnisch (GER)   Lutz White (GER)   6   8   

 9 Joseph Berlin Semon (FRA)   Francois Toscano (FRA)  9  9      

  

Antoine quant à lui prend le départ de la deuxième épreuve - un peu dans l’inconnu après une saison 2017 en pointillé-. En effet, victime d’une fracture de la main au retour du Tour d’Argentine début mars 2017, le champion de France 2015 a très peu couru la saison dernière. C’est donc après plus de six mois d’arrêt qu’Antoine reprend la compétition, avec pour nouveaux objectifs se faire plaisir sur le vélo, mais surtout privilégier son activité professionnelle. 

Après un bon départ il prend la troisième place en position d’attente pour se rapprocher de la première marche du podium. Mais c’est sans compter sur un surprenant Moritz Kaase (le futur vainqueur a des chevaux sous le capot, vous pouvez me croire) qui revient de l’arrière. Au terme d’une belle joute, Antoine doit céder et il se retrouve sur ces entrefaites en dernière position. Trop tard pour une place sur le podium donc, mais au métier il réussit à se relancer et remonter suffisamment pour achever sa course en cinquième position. 

 

Manche de 30 km: 28:10 min  

1 Moritz Kaase (GER)   André Dippel (GER)    

2 Marcel Kuban (GER)   Peter Bäuerlein (GER)    

3 Stefan Lange (GER)   Frank Schwarz (GER)    

4 Peter Joerg (CH)   René Gierth (GER)    

5 Antoine Gaudillat (FRA)   Alain Gaudillat (FRA)    

6 Torsten Schoeneberger (GER)   Holger Ehnert (GER)    

7 Tom Hoffmann (GER)   Udo Becker (GER)    

8 Robert Bolsmann (GER)   Florian Fernow (GER)    

N.C : abandon Jakub Filip (CZE)   Heinz Spielmann (GER)   D    

 

         

FORST 2018 aura été une bonne étape pour le Demi-fond Français à l’étranger. 

 


 

Mais comment préparer nos coureurs français dans de bonnes conditions pour cette saison 2018 qui s’annonce très difficile dans l’hexagone ?

 

En effet, malgré un travail important des bénévoles de France Demi-Fond, une aide technique et financière de notre fédération, et la création et mise en place d’une Coupe de France de la spécialité, nous nous trouvons dans une situation aujourd'hui très délicate. 

 

Après avoir contacté les organisateurs « historiques » de notre discipline, nous constatons que le programme d’épreuves est très faible.

 

Deux causes principales sont à mettre en avant : le manque de finances lié - entre autres - à la réduction des subventions publiques, mais également la raréfaction de nouveaux bénévoles dans certains clubs capables de porter des organisations digne de ce nom. France Demi-Fond est également touché directement, avec ses partenaires qui réduisent les budgets, et des réductions - voire des suppressions - des aides accordées. 

 

A ce jour le déroulement du Championnat de France 2018 n’est même pas certain, l’organisateur potentiel Michel Meunier n’ayant toujours pas bouclé son budget pour pouvoir le réorganiser à Lyon cette année (situation inédite quand on connaît l’expertise et le professionnalisme de Michel et de son équipe).   

 

Dans ces conditions il sera difficile d’être compétitif pour les championnats d’Europe qui se dérouleront en l’Allemagne à Erfurt  les 7, 8 et 9 septembre prochains. 

 

Forst 2018 est pourtant la démonstration que le demi-fond reste une des plus belles discipline de la piste, preuve en est son vélodrome plein comme un oeuf et - qui plus est - avec une entrée payante ! 

 

 

Et oui, Forst et à l’Est de l’Europe … 

 

Mais le Demi-Fond Français est lui pour l’instant  « à l’Ouest » 

 

 

 

 

 

L’œil du Demi-Fond – Mardi 22 Mai 2018

 

 

 


11/06/2018
2 Poster un commentaire

ON REVIENT AU SPEEDWEEK : FRANCE DEMI FOND & STAYER FR ONT LES HONNEURS DE LA PRESSE

 

 

 

Dans LA VIE DE LA MOTO DU 8 Août un reportage complet et puissant sur les deux jours de la SPEEDWEEK.

 

STAYER FR et FRANCE DEMI FOND y reçoivent les honneurs, et c'est une grande satisfaction !

 

Je vous rappelle que cet évènement UNIQUE EN FRANCE et constituant une PREMIERE permet à TOUT UN CHACUN de "faire péter" un record homologué. 

 

Jusqu'à lors pour se le permettre, il fallait se rendre à Pendine Sands dans le Pays de Galles ou encore à... Bonneville et son lac salé : une paille !

 

Ce qui est assez extraordinaire pour nous, les non-motorisés, c'est que l'organisateur souhaite élargir cette manifestation à d'autres  formes de records : vélos carénés, solaires, etc... Capito ?

 

Vous reste plus qu'à :

  • préparer votre vélo de record
  • vous faire connaître auprès du site STAYER FR, qui transmettra à l'organisateur

 

ALLEZ, ROULEZ!

Et rendez-vous au SPEEDWEEK 202 à Brétigny sur la BA 217 !

§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§§

 

Patrick POLICE

pour STAYER FR

 


POUR CETTE PREMIERE DU GENRE, ET A L'INVITATION DE SON ORGANISATEUR GILLES PUJOL FRANCE DEMI-FOND A FIEREMENT TENU SON POSTE ET EXPOSE A UN PUBLIC DE PASSIONNES DE LA CHOSE MECANIQUE LE CYCLISME DERRIERE ENGINS MOTORISES.

 

DEUX JOURNEES PLEINES DE BONNES VIBRATIONS ET DE RENCONTRES PASSIONNANTES, AU COURS DESQUELLES CE  PUBLIC CONNAISSEUR S'EST REGALE DE L'EXPOSITION STAYER FR CONSACREE A L'HISTOIRE DES ENGINS D'ENTRAINEMENT ET DES RECORDS DE VITESSE DERRIERE ENGINS MOTORISES.

 

BELLE OCCASION EGALEMENT D'INFORMER CE PUBLIC DU CALENDRIER DES COURSES DE DEMI-FOND ET DERRIERE DERNY  ET DE LES INVITER A NOUS REJOINDRE AUTOUR DES ROUTES ET DES PISTES ET DE LES INFORMER DU PROCHAIN CRITO'STAR DE CHOISY LE ROI.

 

NUL DOUTE QU'A NOTRE INVITATION NOMBRE DE CES PASSIONNES NOUS Y REJOINDRONS !

 

LONGUE VIE AU SPEEDWEEK !

 

 

 


09/08/2019
2 Poster un commentaire

APRES LE CHAMPIONNAT D'EUROPE : LE DEBRIFIGNGUE

LE BLANC 6f23e5c11ca1246cbd162f5c968eab9d716a6b911b00456982b97b9b3b0fe466.jpg

 

APRES SON CHAMPIONNAT D'EUROPE VICTORIEUX, 

REINIER HONIG DEBRIEFE AVEC STAYER FR

 

CE 2019  FINALE 67437425_2625764830776488_8141882250766581760_o.jpg

 

 

STAYER FR : " Reinier, enfin champion d’Europe. Ça a été un long chemin non ?

R.H. : « Oui. Trois fois second : 2008, 2017, 2018 »

 

STAYER FR : " Sur qui avais-tu l’œil avant le départ ? "

R.H. : “ Principalement sur Franz Schiewer, le champion sortant. Et toujours bien sûr sur l’équipe d’Allemagne qui est toujours très forte. Et aussi sur Clère, qui a remporté  une manche qualificative de haut niveau »

 

STAYER FR : « Comment as-tu vécu ta course et quelle était ta tactique ? »

 R.H. : «  Bien sûr ça n'a pas été simple, et je pense que les séries et la finale le même jour auraient été une meilleure chose pour moi. Parce que je suis meilleur sur les longues distances, et avec  les courses sur route que j'ai faites dans le passé, accumuler des kilomètres dans l'espace d'une journée ne me fait pas peur. Avec le report de la finale au lendemain, la seule chose qui me contrariait était que je manquais mon vol réservé pour le samedi matin... Mais comme ça m'a donné l'opportunité de courir le lendemain au Blanc... Quant à la tactique, je n'avais pas vraiment de plan. Pour ça, j’avais toute confiance en Jos Pronk mon entraîneur, qui est une sorte de génie en terme de tactique."

STAYER FR : « Comment as-tu fait sauter le mur des  stayers germaniques ? »

R.H. :  « Je pense que nous l’avons surpris (Franz Schiewer n.d.Stayer Fr)  en prenant la tête à un moment de la course où son entraîneur était endormi, je n’ai pas d’autre explication »

 

STAYER FR : « Quel projet maintenant ?  Quel sera le futur challenge ?

 R.H. :  « Je ne sais pas vraiment. Mais je voudrais  vraiment retrouver une équipe (Reinier courait jusqu'en 2017 en Continental Pro) Peut-être ce titre va t-il me le permettre »

 

STAYER FR : « Reinier Honig c’est combien de titre de champion de Pays-Bas des stayers ? »   

R.H. : « 7 : champion des Pays-Bas en 2005, 2006, 2007, 2008, 2017, 2018  et 2019, tous remportés sur la piste fétiche d'Alkmaar »

 

STAYER FR : « Tu continues toujours à exercer sur la route ? » 

R.H. : «  Je roule pour le club TWC TEMPO de Veldhoven, mais mon but est de trouver place dans une équipe conti pro digne de ce nom »

 

STAYER FR : « As-tu été satisfait d’étrenner ton maillot de champion d’Europe en France ? »

R.H. : «  Oh oui, parce qu’à cause de la pluie la finale a été reportée au lendemain matin. Ainsi, j’ai dû annuler mon vol de retour à la maison. Mais par chance j’ai pu prendre place dans le van de la fédération hollandaise, et du coup être en capacité d’être au départ au Blanc. »

«  Ça a été un fameux voyage, mais ça a été tellement sympa de courir là-bas, le public était porteur très enthousiaste,  et c’était chouette de voir tant d’enfants sur la piste ; tous ont apprécié la vitesse des motos lors des  manches que nous avons disputées. En résumé un grand voyage mais un maximum de fun ! » 

« Vraiment, je tiens  à remercier les organisateurs et les entraîneurs qui m’ont permis de courir et de montrer là-bas mon nouveau maillot pour la première fois ! » 

HONIG GAND WEVELGEM 2012 551353_3064461888425_58268974_n.jpg
HONIG  A FORST  2018 33653622_2117258818507993_4584808701499539456_n.jpg

 


 

APRES LE CHAMPIONNAT D’EUROPE,

JOSEPH BERLIN SEMON DEBRIEFE AVEC STAYER FR

A P1150889.JPG

 

 

STAYER FR : « En quelques mots raconte-nous ta course en qualif' et en finale ? »

J.B.S. : « Tout d’abord la « chance » du tirage au sort sur la qualification et la finale (première position au départ dans les deux manches). De ce fait, nous avons pu prendre de bons départs, rapides et prudents sans être gêné ou freiné »

« J’étais anxieux par rapport à la qualification, ne sachant pas trop où me situer mais au final ce fut une course de gestion, avec la forte chaleur où j’ai souhaité ne pas me mettre dans le rouge. Deuxième au terme de la qualif’, c’était plus qu’une satisfaction »

« La finale ayant été reporté au lendemain cela a permis une meilleure récupération (mais cela pour chaque athlète). Et c’est peut être sur ce point-là que j’aurais pu me distinguer en finale, étant assez performant sur la fatigue. Toutefois, partir en première position m’a permis une fois dépassé par Schiewer, de prendre son allure et même de jouer avec lui pour garder cette position. J’étais vraiment bien et avait très bien récupéré de la veille, j’ai un moment cru que cela était faisable, d’accrocher un podium, mais à 15-20 minutes de l’arrivée ce n’était plus la même chose. J’ai eu le contre coup, que l’on retrouve souvent à ce stade de la course, et malheureusement je n’ai pas pu suivre les attaques de Honig et des deux Allemands »

« Je reste satisfait car je suis à ma place. L’objectif était d’aller en finale :  il était donc rempli et le reste n’était que du bonus. »

 

STAYER FR : « Du ressenti positif ou de la frustration après ces deux  journées ? »

J.B.S. : « Je rentre de ce championnat avec de la satisfaction ; j’ai pu voir après trois ans, où je me situe au niveau européen. Et j’ai pris beaucoup de plaisir durant cette semaine, tant sur le vélo qu’avec l’ensemble de l’équipe, staff et coureurs »

 

STAYER FR : «  A votre point de vue, il y a de la place pour faire mieux encore ? »

J.B.S. : « Avant le départ, j’aurais signé pour une place de cinquième, maintenant je ne peux qu’espérer mieux. Et je pense qu’avec du travail cela n’est pas impossible. Malgré les années qui passent et mes occupations professionnelles, je continue de progresser dans la discipline :  cela me laisse penser que je peux continuer de rêver. »

 

STAYER FR : «  Si oui, qu’est-ce que vous identifiez comme pistes de progrès possibles pour y parvenir  ? »

J.B.S. : «  Si quelque chose me manque personnellement, c’est les courses à l’international : rouler vite, avec des braquets plus gros et un niveau que l’on retrouve sur ce type de championnat. Pour cela il faut y être convié . Par ailleurs, collectivement, nous avons besoin de sentir l'appui de la Fédération, qui fait, je sais, des efforts et doit continuer à considérer encore et toujours plus notre discipline. Si l’on prend les étrangers (les allemands par exemple), ils bénéficient d'un réel support -  tant logistique qu’humain - derrière les coureurs et entraîneurs. Et c’est un avantage important »

«  Lorsque l’on se déplace (nous Français) sur un championnat d’Europe, c’est en autonomie : pas d’assistant, pas de mécanicien… On parle tout de même d’un championnat européen ! Difficile à concevoir »

 


 

 

APRES LE CHAMPIONNAT D’EUROPE, EMILIEN CLERE DEBRIEFE AVEC STAYER FR

 

CE 2019 64325751_2624598694226435_3595049233486446592_n - Copie.jpg
 

 
STAYER FR : « En quelques mots raconte-nous ta course en qualif' et en finale ? »
E.C. : " Ca s'est passé sans trop de difficulté si ce n’est la chaleur étouffante. Quant à la finale, tout allait bien jusqu’aux dernières quinze minutes. Lorsque Honig a attaqué, nous sommes restés "sur place" !  
Nous étions trop près de Schiewer, qu'à plusieurs reprises nous avions jusque là "poussé", et qui accélérait à chaque fois,  pour pouvoir nous lancer. Finalement les Allemands ont bien couru et nous ont passés au bon moment"  
 
STAYER FR : « Du ressenti positif ou de la frustration après ces deux  journées ? »
E.C. : " Quatrième, c'est une belle performance. Malgré cela, il manque une médaille pour concrétiser la réussite de la course. Évidemment on peut toujours mieux faire. Même si les autres sont très forts, personne n’est invincible et mes progrès constants me laissent espérer d'encore meilleurs résultats" 
 
STAYER FR : " Il y a donc selon toi possibilité de faire mieux encore ?" 
E.C : " Oui, en faisant par exemple  évoluer notre tactique en course. Je pense que nous devons maintenant prendre conscience de notre valeur et donc être moins intimidé et moins « s’affoler »
Peut-être devrons-nous aussi être plus attentiste... Sinon je pourrais aussi demander à Renier comment il fait pour attaquer aussi fort !!! "

 

 

 


 Propos recueillis par Patrick POLICE pour STAYER FR

Le 31 Juillet 2019


31/07/2019
1 Poster un commentaire

13EME GRAND PRIX DE DEMI-FOND AU BLANC - DIMANCHE 28 JUILLET - LA GALERIE PHOTO D'UN GRAND CRU. SI LA PRESSE LE DIT ...

 

 

 

 

 

 

Fameux millésime que ce 13ème Grand Prix de Demi-Fond du Blanc

 

La première manche pour Guillaume Brasseur, la seconde pour notre champion de France Joseph Berlin-Semon et la dernière et la plus belle pour le tout frais champion d'Europe Reinier Honig

 

Réussite côté public, réussite sportive - et ils ont du mérite les garçons après un voyage de huit cents bornes en retour du championnat d'Europe !

 

Une équipe organisatrice aux anges au diapason des coureurs entraîneurs et du public.

 

Rendez-vous en 2020, mais ça va être compliqué de faire mieux !

 

 

 


29/07/2019
2 Poster un commentaire

CHAMPIONNAT D'EUROPE DE DEMI-FOND A PORDENONE : LES RESULTATS - LE TITRE POUR HONIG ET BRAVO A NOS FRANCAIS

 

 CE 2019  FINALE 67246503_2625765194109785_8020601200485335040_o.jpg
CE 2019  FINALE 67377237_2625766387442999_2826115221234384896_o.jpg
CE 2019  FINALE 67424610_2625762674110037_4965801051165818880_o.jpg
CE 2019  FINALE 67437425_2625764830776488_8141882250766581760_o.jpg
CE 2019  FINALE 67666732_2625764860776485_1622233616127885312_o.jpg
CE 2019  FINALE 67773359_2625765000776471_3466697704963309568_o.jpg
CE 2019  FINALE 67799575_2625766284109676_1432020166106939392_o.jpg
 
 
 
Ils ont plus que fait le job nos Français !
Emilien 4 et Joseph 5 malgré une selle cassée !
 
Longtemps dans la roue du champion sortant, ils ont, derrière les belles Cagiva 650 du vélodrome de Pordenone, été acteurs de la course.
 
Vainqueur de sa manche qualificative, Emilien à un quart d'heure de la fin était dans le tour du leader et n'a concédé deux tours supplémentaires que dans les dix dernières minutes.
 
Quant à Joseph Berlin-Semon, second de sa manche qualificative, lui aussi a été acteur de cette finale, poussant un moment même le tenant du titre, avant de déplorer un bris de selle qui l'a empêché de finaliser un début de course très prometteur. 
 
Le chemin est long, mais on commence à voir la lumière !
On commence à regarder les français différemment sur les lignes de départ maintenant ...
 
Encore toutes nos félicitations et un seul mot d'ordre :
on garde le cap !
 
 
 
 
 
 
 
 
Reinier Honig enfin titré !
Gefeliciteerd !
 
CE 2019 67313171_3048713938582077_3651951704707956736_n.jpg
 
CE 2019 67739391_300079550791694_7612609144503140352_n.jpg
 
 
CE 2019 67208348_618298741992288_5872020557708394496_n_crop.jpg
 
 
 

 
CE 2019 64325751_2624598694226435_3595049233486446592_n.jpg
CE 2019 67216446_2624599870892984_610955125011251200_o.jpg
 
 
 
Emilien et Joseph 1 et 2 de leur série qualificative !
Christopher 6ème ne sera pas en finale
 
Forza les gars !
 
EMILIEN.jpg
 

 
 

Suspense dont on se serait bien passés : à cette heure les sept premiers seulement en finale : les trois premiers et le quatrième de la série la plus rapide (même si il est a 5 tours !!!)

 

On attend le retour au postulat initial (huit coureurs pour la finale, les quatre premiers de chaque série qualifiés)

 

Décision finale dans l'après-midi

 

En attendant voici  la répartition des séries :

 

SERIE A

Jakob Filip (RTC)

Joseph Berlin-Semon

Emilien Clère

Daniel HARNISCH (ALL)

Allessandro Mariani (ITA)

Reinier Honig (P-B)

 

 

SERIE B

Christopher Gamez

Moritz KAASE (ALL)

Franz Schiewer (ALL)

Davide Finatti (ITA)

Jeroen Kaldenbach (PB)

Christian Kos (PB)

Roman Woda (POL)

 

CE 2019 67788298_2544180975634598_3733663268535795712_n.jpg

 


Plus que quelques heures avant le départ des qualifications.

Pour patienter, cliquez ci-dessous pour retrouver l'excellent sujet mis en ligne par le pareillement excellent site Direct Velo

CE 2019 STAYERS : LE COMPTE A REBOURS A COMMENCE

 


26/07/2019
1 Poster un commentaire