STAYER -FR

STAYER -FR

DERRIERE LES MOTOS : ACTUALITES

Les épreuves de demi-fond de l'année


UN PREMIER POINT SUR LA SITUATION DU DEMI-FOND FRANCAIS APRES LA REUNION DE FORST

FORST c’est Fort …

 

 

Rendez-vous était pris pour le traditionnel week-end de Pentecôte pour dix-huit stayers avec au programme une épreuve derrière Derny le samedi, et deux épreuves de demi-fond sur ce vélodrome historique (1906) développant 400 mètres. Deux équipages français étaient de la fête : Joseph BERLIN-SEMON, la révélation du dernier championnat de France, drivé par François TOSCANO,  et Antoine GAUDILLAT,  avec comme entraîneur son père.  L’occasion en somme pour Joseph de poursuivre son apprentissage au niveau international, sous les conseils d’Antoine. 

 

En préambule, le samedi était réservé à une épreuve derrière Derny courue en deux manches sur un circuit technique et éprouvant comportant trois virages et des pavés digne d’un Paris / Roubaix.  L’occasion pour nos deux représentants de se remettre en selle après un périple routier de dix-huit heures (une paille !) pour se rendre à FORST, ville située au sud de Berlin sur la frontière polonaise.  

A Forst, même le parc à vélo affiche complet ...   

 

 L’objectif de la première manche était de ne pas prendre de risque pour ne pas compromettre l’épreuve du lendemain. Après avoir apprivoisé les pavés, la deuxième était, elle, consacrée à retrouver de bonnes sensations pour les deux compères. Après quelques tours pour remonter en tête de peloton, nous avons assisté à une course d’équipe de nos Français. Pendant les deux tiers de la finale, ils s’évertueront à secouer le groupe en par leurs attaques successives avant de lever le pied pour finir « au chaud » cette épreuve. 

 

 Le classement est donc anecdotique pour nos Français, le vrai travail était réservé pour le Dimanche. 

 

Forster Derny Cup’  

  1. Giuseppe Atzeni (CHi) – André Dippel 2 pnt 
  2. ReinierHonig – Jos Pronk (P-B) 5 pnt  
  3. Stefan Schäfer – Peter Bäuerlein (Ger) 6 pnt 
  4. Franz Schiewer – Gerd Gessler Ger) 9 pnt 
  5. Stefan Lange – Franz Schwarz (Ger) 11 pnt 
  6. Zachary Kovalcik (USA) – Thomas Bauer (Ger) 12 pnt 
  7. Patrick Kos  – René Kos (P-B) 12 pnt 
  8. Daniel Harnisch – Lutz Weiß (Ger) 16 pnt 
  9. Robert Retschke – Holger Ehnert (Ger) 18 pnt 
  10. Joseph Berlin-Semon – Francois Toscano (Fra) 22 pnt
  11. Antoine Gaudillat – Alain Gaudillat (Fra) 22 pnt
  12. Moritz Kaase – Marcel Möbus (Ger) 23 pnt
  13. Peter Jörg – René Gierth (CH) 25 pnt

N.C. : Jakub Filip (Cze) – Heinz Spielmann (Ger) (chute après 16 tours )

 

  

Après une nuit réparatrice, un grand soleil réveille nos équipages le dimanche matin, et, comme la veille, la chaleur aura son importance quand il s’agira de rouler sur le béton du vélodrome. Joseph aura la «joie ?» de prendre le départ des deux manches avec le dernier podium du championnat d’Europe, et pas moins de quatre coureurs ayant porté le maillot européen (Atzeni, Schafer, Schiewer et Kos). 

 

Lors de la première manche Joseph - parti en cinquième position - prend un bon départ et se retrouve en tête de l’épreuve avant la mi-course. Mais les autres coureurs réagissent à cet «affront» pour vite reprendre les commandes. Joseph va donc se retrouver englué dans les turbulences et les « coups de vent?» de ses adversaires du jour. Et ce sera au courage Joseph terminera le dernier tiers de cette manche, dernier certes, mais quand même juste derrière le vice-champion d’Europe 2017. De son côté Schiewer fait honneur à son maillot en remportant avec maitrise cette première manche.  

 

Au départ de la deuxième manche, Joseph rectifie l’erreur du départ rapide réalisé précédemment. Malheureusement, cette fois trop timide dans la gestion de son effort, il se retrouve doublé rapidement. Mais il va vite réagir et se retrouver dans le rythme du groupe, se permettant même de remonter dans le peloton de tête.    

 

Belle expérience pour Joseph qui pour sa première course de la saison lui permet de situer son niveau en comparaison avec les autres compétiteurs qui eux ont déjà participé à plusieurs épreuves en 2018. Nul doute pour les prochaines compétitions, il aura appris que la gestion de l’effort est un point important à ce niveau. 

 

1ère manche 30 km : 28’42’’

2ème manche 40 km :  36’45’’ 

 1 Franz Schiewer (GER)   Gerd Gessler (GER)   1   1   

 2 Stefan Schaefer (GER)   Peter Bäuerlein (GER)   3   2   

 3 Giuseppe Atzeni (SUI)   André Dippel (GER)   2   3   

 4 Patrick Kos (NED)   René Kos (NED)  4   4   

 5 Robert Retschke (GER)   Holger Ehnert (GER)   75   

 6 Zachary Kovalcik (États-Unis)   Thomas Baur (GER)   5  7   

 7 Reinier Honig (NED)   Jos Pronk (NED)   8   6   

 8 Daniel Harnisch (GER)   Lutz White (GER)   6   8   

 9 Joseph Berlin Semon (FRA)   Francois Toscano (FRA)  9  9      

  

Antoine quant à lui prend le départ de la deuxième épreuve - un peu dans l’inconnu après une saison 2017 en pointillé-. En effet, victime d’une fracture de la main au retour du Tour d’Argentine début mars 2017, le champion de France 2015 a très peu couru la saison dernière. C’est donc après plus de six mois d’arrêt qu’Antoine reprend la compétition, avec pour nouveaux objectifs se faire plaisir sur le vélo, mais surtout privilégier son activité professionnelle. 

Après un bon départ il prend la troisième place en position d’attente pour se rapprocher de la première marche du podium. Mais c’est sans compter sur un surprenant Moritz Kaase (le futur vainqueur a des chevaux sous le capot, vous pouvez me croire) qui revient de l’arrière. Au terme d’une belle joute, Antoine doit céder et il se retrouve sur ces entrefaites en dernière position. Trop tard pour une place sur le podium donc, mais au métier il réussit à se relancer et remonter suffisamment pour achever sa course en cinquième position. 

 

Manche de 30 km: 28:10 min  

1 Moritz Kaase (GER)   André Dippel (GER)    

2 Marcel Kuban (GER)   Peter Bäuerlein (GER)    

3 Stefan Lange (GER)   Frank Schwarz (GER)    

4 Peter Joerg (CH)   René Gierth (GER)    

5 Antoine Gaudillat (FRA)   Alain Gaudillat (FRA)    

6 Torsten Schoeneberger (GER)   Holger Ehnert (GER)    

7 Tom Hoffmann (GER)   Udo Becker (GER)    

8 Robert Bolsmann (GER)   Florian Fernow (GER)    

N.C : abandon Jakub Filip (CZE)   Heinz Spielmann (GER)   D    

 

         

FORST 2018 aura été une bonne étape pour le Demi-fond Français à l’étranger. 

 


 

Mais comment préparer nos coureurs français dans de bonnes conditions pour cette saison 2018 qui s’annonce très difficile dans l’hexagone ?

 

En effet, malgré un travail important des bénévoles de France Demi-Fond, une aide technique et financière de notre fédération, et la création et mise en place d’une Coupe de France de la spécialité, nous nous trouvons dans une situation aujourd'hui très délicate. 

 

Après avoir contacté les organisateurs « historiques » de notre discipline, nous constatons que le programme d’épreuves est très faible.

 

Deux causes principales sont à mettre en avant : le manque de finances lié - entre autres - à la réduction des subventions publiques, mais également la raréfaction de nouveaux bénévoles dans certains clubs capables de porter des organisations digne de ce nom. France Demi-Fond est également touché directement, avec ses partenaires qui réduisent les budgets, et des réductions - voire des suppressions - des aides accordées. 

 

A ce jour le déroulement du Championnat de France 2018 n’est même pas certain, l’organisateur potentiel Michel Meunier n’ayant toujours pas bouclé son budget pour pouvoir le réorganiser à Lyon cette année (situation inédite quand on connaît l’expertise et le professionnalisme de Michel et de son équipe).   

 

Dans ces conditions il sera difficile d’être compétitif pour les championnats d’Europe qui se dérouleront en l’Allemagne à Erfurt  les 7, 8 et 9 septembre prochains. 

 

Forst 2018 est pourtant la démonstration que le demi-fond reste une des plus belles discipline de la piste, preuve en est son vélodrome plein comme un oeuf et - qui plus est - avec une entrée payante ! 

 

 

Et oui, Forst et à l’Est de l’Europe … 

 

Mais le Demi-Fond Français est lui pour l’instant  « à l’Ouest » 

 

 

 

 

 

L’œil du Demi-Fond – Mardi 22 Mai 2018

 

 

 


11/06/2018
2 Poster un commentaire

10 MAI : STAGES 2019 DERNY ET DEMI-FOND - VOUS VOULEZ FAIRE DU DEMI -FOND ? C'EST LE MOMENT DE VOUS LANCER ! INSCRIVEZ-VOUS DES MAINTENANT

IMG_20190402_0002.jpg


02/04/2019
1 Poster un commentaire

STAYER FR A RETROUVE GUILLAUME BRASSEUR

STAYER FR A RETROUVE GUILLAUME BRASSEUR

 

 

 

Il nous avait "tapé dans l'oeil" lors du championnat de France 2016. 

Et  on s'était habitués à voir évoluer sur le circuit ce stayer au style si fluide ...

Jusqu'à ce jour de Septembre où il disparaissait de nos écrans radars.

 

Il fallait donc retrouver le soldat  Guillaume Brasseur ...  et on a fait une beau voyage

 


 

 

 

STAYER FR : Guillaume, tu as disparu des écrans radar juste après le championnat de France à Lyon. Qu’est-ce qu’il s’est passé ? Tu as tourné la page, c’est fini le vélo ?

G.B. : " Mais je n’ai pas du tout tourné la page, je suis encore sur les deux roues. Je dirai même au contraire qu’une saison sportive s’annonce pour moi, ce que je n’ai plus trop connu depuis trois ans maintenant. J’ai disparu des écrans radar en métropole c’est vrai, ma saison se terminait au soir même du championnat de France, et deux jours plus tard je décollais pour la Martinique"

 

STAYER FR : Ton rôle là-bas dans les îles consiste en quoi ?

G.B. : " Pour ma part je m’occupe d’activité périscolaire quatre fois dans la semaine, activité sport santé pour les enfants et adultes sur l’activité vélo, l’encadrement des jeunes surtout la catégorie cadets, avec une équipe d’encadrement nous effectuons des tests sur appareil cycleops et - dernier point - l’entretien du parc de vélo route et VTT.  

Ici dans les îles, et plus particulièrement en Martinique, je travaille dans un club le MADININA BIKERS, premier club en terme de licenciés (294). Ses activités sont diverse, école de VTT, cyclisme sur route, un groupe de randonneur, une section triathlon "

 

STAYER FR : Ton adaptation s’est bien passée ?  

G.B. : " Cela n’a pas été simple il faut le dire, même si l'accueil ici s’est très bien passé. Le soutien moral de certains - ici comme en métropole - m’ont permis de garder le cap et d’avancer malgré la difficulté et les embûches "

 

STAYER FR : Continues-tu à rouler ? Si oui où ? 

G.B. :  " Comme évoqué plus haut oui. Je pratique toujours ma passion en tant que coureur, ce que j’avais un peu délaissé en me penchant plus sur l’encadrement avec le Comité Centre Val de Loire. Ici en Martinique, je roule, licencié depuis octobre au MADININA BIKERS. Pour nous la saison a déjà commencé "

 

STAYER FR  : Installation définitive ou simple parenthèse dans ton parcours ? 

G.B. : " Pour le moment une simple parenthèse dans mon parcours, je suis venu ici par manque de travail en métropole après l'obtention de mon BPJEPS activité du cyclisme. Je souhaite et serais dans l’obligation de rentrer en métropole pour pouvoir effectuer mon DEJEPS cyclisme traditionnel, ma venue ici me permet de prendre de l’expérience et de voir comment cela se passe dans les îles "

 

STAYER FR : On a encore une chance de te revoir derrière moto ?  

G.B. : " Oui, je souhaite revenir courir derrière moto, cette discipline que j’aime. Je serai de retour en métropole au 18 juillet, je pourrai donc revenir courir le meeting du Blanc le dernier week- end de Juillet, et à moins d’un incident ou d’un important empêchement je serai au départ du championnat de France de demi-fond qui est prévu le 14 septembre 2019 "

 

STAYER FR : Comment es-tu venu au demi-fond ?

G.B. : " En 2014 au départ d’une course Poilly lez Giens, Alain Gaudillat est venu à ma rencontre pour savoir si je voulais m'essayer à cette discipline, j’y suis allé un soir pour essayer puis ça s’est fait naturellement : j’y suis retourné, j’ai donc « accroché » Je pratiquais déjà de la piste donc ma venue au demi - fond, s’est faite plus facilement qu’e pour un pur routier "

 

STAYER FR : Un nouveau départ dans la vie synonyme d’un nouveau club ? 

G.B. : " Oui pour cette nouvelle saison je suis licencié au sein du MADININA BIKERS, ou je pratique la route. Malheureusement ici en Martinique, il manque un vélodrome. Je vais découvrir de nouvelles courses, une nouvelle façon de courir »

 

STAYER FR : Jusqu’ici quels clubs avais-tu fréquenté ?

G.B : " Suite à ma montée en catégorie, je me suis dirigé vers le Vélo Sport Chartrain ou j’ai passé quatre années. Mes deux premières saison en tant que minime je les ai effectuées au Vélo Club du Beaunois. Je suis ensuite muté à partir de cadet première année à Saint Denis de l’Hôtel Cyclisme, club auquel j’ai passé six années avant de monter en première catégorie "

 

STAYER FR : Un come-back derrière moto est envisageable ? Si oui avec quel objectif ? 

G.B. : " Mon retour au derrière moto oui reste envisageable, et je souhaite encore courir des courses derrière moto. Tous les ans nous progressons ensemble avec mon pilote Romuald Foucher, un objectif qui ne sera peut-être qu’un rêve : une médaille nationale, ça serait une belle récompense "

 

STAYER FR : Tes meilleures sensations derrière moto ça remonte à quand ? Et où en quelle occasion ?

G.B. : " Je vais partir de ma plus belle performance, le championnat de France à Bordeaux en 2016 où nous prenons avec Romuald la "médaille en chocolat". Ce jour-là ça “roulait tout seul"  Puis mon premier déplacement à l’étranger, à Nuremberg en 2014, où je termine troisième de la course B : j’avais mal partout. Dans l’ensemble, sur toutes les courses et meetings je garde de bon souvenirs de la famille du  demi-fond "

 


 Merci à Guillaume Brasseur et Alain Gaudillat

 

 Le petit pouce "J'aime" en bas de l'article est un des indicateurs

qui me permettent de faire croire à mon fournisseur d'accès que ce site est suivi et important.

A utiliser sans modération donc

 


03/03/2019
0 Poster un commentaire

UNE NOUVELLE ETAPE POUR LE DEMI-FOND : FRANCE DEMI-FOND FAIT MONTER EN REGIME SA COMMUNICATION

 

FRANCE DEMI-FOND SOIGNE SA COM' :

ELLE EST ARRIVEE LA PLAQUETTE FRANCE DEMI-FOND !

Bientôt chez tous les correspondants vélodromes et organisateurs potentiels la plaquette FRANCE DEMI-FOND

 

 

 

 


28/01/2019
1 Poster un commentaire

2019, CA VIBRE, CA FREMIT ... DU NOUVEAU SUR FRANCE DEMI-FOND ET CA NE FAIT QUE COMMENCER ...


16/01/2019
1 Poster un commentaire