STAYER -FR

STAYER -FR

CHAMPIONNAT DE FRANCE DE DEMI-FOND 2019 - LE REPORTAGE DE STAYER FR / LA GALERIE PHOTOS

JBS STRIKES AGAIN OU

150 TOURS INSIDE

 

IMG_2149.JPG

 

 

Entre nous, pas très emballante la semaine  37, cette semaine-compte-à-rebours de l’édition 2019 du championnat de France de demi-fond.

 

Les mauvaises nouvelles y ont succédé aux annonces démoralisantes, entre le forfait du champion de France 2015 Antoine Gaudillat, celui, pour cause de blessure, de son entraîneur de père, les participations de Louis Pijourlet ou Morgan Kneisky, un temps fantasmées, finalement nulles et non avenues, la blessure d’ Emilien Clère (cf. interview) et d'autres déconvenues que mon devoir de réserve m'interdit ici de développer...

 

Bref, la veille au soir, on compte douze coureurs inscrits. L’affaire s’annonce morose… Pire, une fois arrivé au vélodrome Georges Préveral, j'y apprends un nouveau forfait : celui de Stevan Kervadec. Ce n’est même plus douze, c’est onze maintenant.  Décidemment, ce France 2019 paraît mal engagé. Et ce n’est pas l’interview d’un Emilien Clère, à peine sorti de convalescence (cf. interview) qui va m’incliner à l’optimisme. Tous les efforts consentis tout au long de l’année 2019 pour former des coureurs à la discipline pour en arriver là… De quoi être, vous en conviendrez,  quelque peu  porté à la déprime.

 

Mais il y a une cause à défendre, le demi-fond, et l’appel du devoir m’incite à faire face à l’évènement, et cela quoiqu’il arrive (c'est beau hein ?).

 

Dix heures du matin, samedi 14. Renseignements pris dès mon arrivée au vélodrome Georges Préveral, j'apprends que notre Emilien national tournait la veille paraît-il à la cadence de 132 tours/minute sur l’anneau, tel un avion, et ne donnait en tous cas pas l’impression aux observateurs présents d’être un convalescent venu pour faire nombre... Une bonne nouvelle, enfin ! Et du coup l’affaire se met à prendre une toute autre tournure, avec le triple champion de France revenant dans le jeu… Et puis, pas le temps de gamberger davantage : voici que les qualifications sont annoncées.

 

10 h 55. La première série, un temps retardée par un incident mécanique survenu sur la ligne de départ au régional Rayan Younsi, ne nous délivrera aucune vérité particulière, sinon celle de l’élimination du néophyte Vincent Lebreton. Nous y  aurons tout de même assisté à une sorte de « Ballade des gens heureux » (à 66.315 km/h compteur tout de même) pour le tenant du titre, Joseph Berlin-Semon et Christopher Gamez son second.

IMG_1936.JPG

 

11 h 35. Départ de la seconde manche. Au bout de cinq minutes de course, j'ai  pu vérifier que mon informateur ne m’a pas menti. Emilien Clère is back, et bien là. Il écrase la course, et, dès le dixième tour l’affaire est pliée. Derrière lui, Kevin Fouache achève ses règlages, le local Paul Thomas et le juvénile Axel Richiero gagnant quant à eux haut la main leurs tickets pour la finale. La moyenne ? Deux tons en dessous avec 64.816 km/h. Mais si vous suivez studieusement les comptes-rendus des championnats de France précédents  concoctés par votre serviteur, vous savez déjà qu’il n’y a aucune conclusion particulière  à en tirer. Wait and see la finale donc.

CF 2019 Q 0Z4A0491.jpg

 

En attendant, la petite finale à trois, disputée sur le coup des seize heures, nous procure la satisfaction d’assister à la résurrection du si prometteur Lucas Diagne (cf. sa sortie de Coueron). A onze tours de la fin, l’affaire est pour lui emballée et pesée, malgré les assauts répétés de Vincent Lebreton.

CF 2019 0Z4A0720.jpg

 

Une demi-heure plus tard, les huit candidats à 150 tours de survitesse prennent position en amont de la ligne de départ (je me doute en écrivant ces lignes que d’aucuns relèveront sa paradoxale évidence, et, un brin caustiques, ajouteront " Evidemment en amont…"). Moment anecdotique ? Que nenni mes bons !  Mine de rien, le sort de cette finale vient peut-être de se jouer, quelques instants auparavant, lors des opérations du tirage au sort.

 

En première position apparaît Rayan Younsi. En deuxième, Joseph Berlin-Semon n’est franchement pas malheureux sur ce  coup-là : il hérite d’un poste d'observation idéal si d'aventure un audacieux (il n'a qu'à retourner la tête) voulait lui faire "le coup du départ". Emilien Clère ne peut pas en dire autant avec le numéro 4. Quant à Kevin Fouache, avec le numéro 8, il ne peut pas faire pire. Au loto de la poisse, il a remporté le gros lot.

Guillaume Brasseur,Christopher Gamez, Axel Richiero et Paul Thomas vont avoir à faire avec ce drôle de loto. Pas sûr d’ailleurs que leur positionnement sur la ligne de départ soit   leur préoccupation première , alors que les motos de leurs entraîneurs commencent leur ronde.

 

Pas le temps de gamberger davantage, car ils arrivent justement les pacemakers, prêts à capter au passage leur coureur, tels des frégates fondant vers le sable pour y cueillir les tortues peinant à gagner le rivage (pfff... une aspirine s'il vous plaît)

Et là, Emilien Clère se lance dans un de ses départs-canon dont il a déposé le brevet depuis longtemps. Les derniers doutes quant à la condition physique du monsieur sont balayés, et Paul Thomas puis Guillaume Brasseur qui le voient les passer en injection peuvent tout à fait en témoigner. Au bout d’un tour, un seul, le voici qui mord déjà aux chausses de l’équipage Berlin-Semon/Pacheco, qui, à l’évidence, a vu le coup venir et s'emploie à garder ses distances. Dès lors, on comprend que nous voici embarqués dans une furieuse course au rétroviseur, façon au premier qui craque...

IMG_2038.JPG

 

Au bout de cinq tours, les positions sont les suivantes : en tête Joseph Berlin-Semon, en seconde position Emilien Clère, suivis de Guillaume Brasseur, Christopher Gamez et Kevin Fouache, tous encore dans le demi-tour. Un tour plus loin, Christopher Gamez accélère furieusement pour sauter Emilien Clère, mais celui-ci résiste et l’assaut est repoussé. Cinq tours encore, et Axel Richiero devient le premier doublé de la course. Le premier d’une longue liste à venir. Mon Dieu que ça va vite !

 

Au trente-et-unième tour, Clère/Toscano accentuent la pression, et se rapprochent franchement des leaders qui, comme eux, explorent méthodiquement les hauteurs des virages. On tourne sur des bases de 75 km/h depuis le départ, et à aucun moment ce rythme infernal n'a faiblit. Au quarante-cinquième tour,  tout à sa  course-poursuite obstinée, Emilien Clère se commet  dans un dépassement à haute tension sur Kevin Fouache et son pilote Sylvain Pacheco qui viennent de voir  passer en coup de vent l'express Berlin-Semon/Pacheco. Pas question pour Emilien Clère et François Toscano de voir s'éloigner à leur vue, ne serait-ce qu'un instant, leur insaisissable gibier. Alors, ça se met à vacarmer (moi j'aime bien...) vilain dans l'enceinte du vélodrome Georges Préveral lorsque le régime des moteurs des Yamaha monte d'un cran. Le sociétaire de La Roche-sur-Yon-Vendée Cyclisme résiste farouchement avant de capituler. Lorsqu' Emilien Clère et François Toscano passent, on devine que l’affaire a été rude, et que cher risque d'être le prix à payer de leur  furia…

 

Ca n'aura pas manqué : quatre tours plus loin, l’addition est présentée : Emilien Clère laboure un temps le virage de sa roue avant, tangue un brin et décroche un temps du rouleau. Clère/Toscano ont plié. Mais ils ne rompent pas les bougres ! Ils  se ressaisissent  bien vite, et  reprennent leur quête infernale.

 CF 2019 0Z4A0923.jpg

 

Soixante-deuxième tour. Si l’on voulait la preuve que le titre se joue entre les seuls Joseph Berlin-Semon et Emilien Clère, elle va  nous être apportée quant ce dernier double Christopher Gamez, jusqu’ici superbe. Plus personne d'autre qu'eux dans le tour. Aucun répit, nos deux rivaux poursuivent leur patrouille effrénée. Le rythme ? Le même, docteur : in-fer-nal. Les deux chevaliers de la poignée crantée s’interdisent tout relâchement du poignet. Ca passera, ou leur coureur cassera.   

 

A ce moment de la course nous assistons vraiment à... [un instant s’il vous plaît, je fouille dans ma caisse à clichés] ... à une lutte impitoyable (Oui, je sais, je ne vais pas contracter une méningite sur ce coup-là)

 

Qui faiblira le premier ?

 

Joseph Berlin-Semon ? Franchement, il a l’air de maîtriser son sujet, et il a su jusqu'ici juguler, grâce à la science de son entraîneur, tout rapprochement dangereux sans jamais paraître « taper dedans »

Emilien Clère ? Ramassé comme jamais sur sa machine, obsessionnellement accroché, rage et douleur mêlés, au sillage de François Toscano, nous prépare t- il pour le final un numéro façon Volpone ?

 

La réponse sera non. Car le Champenois va craquer le premier, dans les parages du 89ème tour. A partir de ce moment, les entêtés chasseurs vont concéder mètre après mètre, jusqu’à perdre de vue leur proie et pointer bientôt à un demi-tour d’icelle (non, pas de moto, épargnez-moi ça s'il vous plaît). Et bientôt, il n’y aura plus moyen de stopper l’hémorragie. Pourtant le triple champion de France  conserve assez de rogne et de hargne pour repiquer à  une nouvelle autant que périlleuse opération " dépassement à trois", lequel l’amène à retrouver… Kevin Fouache, Ce dernier, après le naufrage de Christopher Gamez, commence justement à entrevoir à travers des brumes de chaleur et les affres de la souffrance (Que d'images poétiques... Franchement, je vous gâte aujourd'hui, non ?) un bout de podium. Une fameuse partie de manivelles (encore une !) s’engage alors, sur fond de foire à la grimace (match nul entre les deux combattants) Elle mettra le terme à la folle quête d’un nouveau maillot tricolore pour Emilien Clère… Le 99ème tour vient d’être bouclé. Le championnat de France 2019 aussi.

 

Dès lors, un fringant Berlin-Semon n’aura plus qu’à consolider sa position, sans jamais baisser sa garde, tout en retardant au maximum le moment d’asséner le coup de grâce d’un deuxième doublement à son adversaire. Derrière, Kevin Fouache construira dans la peine et la douleur (ce dernier mot à conjuguer  ici au pluriel) une troisième place remarquable, compte-tenu de son peu de préparation. Mais la classe, n'est-ce-pas, c'est comme le vélo, ça ne se perd pas.

IMG_2112.JPG

 

Il restera cinquante longs, très longs tours, au cours desquels l’épatant Paul Thomas, un néophyte tout comme son entraîneur Michel Meunier, ira chercher une quatrième place confirmant ses qualités, déjà  entrevues au stage de formation de Saint-Denis de l’Hôtel. Son collègue Rayan Younsi hélas ne connaîtra pas la satisfaction de terminer cette finale, terrassé par un malaise causé probablement par la chaleur torride qui a régné tout au long de la journée, et un défaut d’hydratation.

CF 2019 0Z4A1005.jpg
 

 

Avant que ne s'achève la ronde infernale, chacun aura pu applaudir au courage d’Axel Richiero, qui terminera sa ronde "à la godille" en bas de piste, avec un cœur énorme. Finaliste pour sa première participation, chapeau gamin !

 

A deux tours de l'arrivée, il est temps pour Joseph Berlin-Semon de laisser exploser sa joie. Son bail avec le maillot tricolore est reconduit pour un an.  Le vainqueur est aux anges, tout comme son entraîneur. Pensez-donc, un deuxième titre cueilli dans son jardin, son rejeton sur le podium, qu'est ce qu'il pouvait rêver de mieux ? A .. (censuré) ans  sonnés,  Marc Pacheco  reste bien le Maestro de la manette, le Machiavel de la course d'attente, le Grand Sachem ménager des forces de son coureur, le Prince des trajectoires, le Manitou des turbulences. Je conseille fortement à nos entraîneurs nouveaux venus d'aller audiencer le vénérable   dans sa cabine du vélodrome de la Tête d'Or. Qui sait, ils en ressortiront lestés d' une provision de recettes pas piquées des vers à utiliser en course...

 

Joseph Berlin-Semon, transporté de bonheur, se livre dans le dernier tour aux bravos de la foule alors que  mes pensées vagabondent  vers  Lucas Diagne, vainqueur de la petite finale, et qu’on reverra encore plus beau sur les pistes, car le demi-fond, il aime ça le bougre !... Vers Vincent Lebreton également, qui ne va pas tarder à faire montrer de ses (grandes) qualités athlétiques... Et vers  Eric Brugnon, qui a tenu sa place avec cœur et application, à en taper le rouleau parfois (P… tu m’as fait peur Eric sur ce coup-là !) Si le demi-fond a triomphé à Lyon ce samedi 14 Septembre, c'est aussi grâce à eux !

 

 

Oui, qu’ils soient tous associés au triomphe du champion de France 2019, qui aura été aussi celui du demi-fond. Avec un tel ambassadeur et de pareils challengers, et avec ceux qui sont toujours prêt à mettre leur cœur et leurs jambes au service du demi-fond (n’est-ce-pas Guillaume, n’est-ce-pas Christopher ?) le demi-fond a de l’avenir. Du coup,  je vous promets de ne pas déprimer l'an prochain la semaine précédant l’édition 2020.

 CF 2019 0Z4A1026.jpg

 

Patrick Police

pour STAYER FR, le 17 Septembre 2019

Avec mes remerciements à Philippe Pradier

A SIGNATURE LA COUVERTURE Couverture Image (2) - W Copie 1 - Copie - Copie - Copie - Copie1.jpg aB IMG_20161129_0001_crop a.jpg

 


Qualifications

 

Classement 1ère série - 90 tours  

  1. Joseph Berlin-Semon (A.C. Bisontine) - entr. Marc Pacheco - moy. 66.315 km/h
  2. Christopher Gamez (Olympique C.V.O.)  - entr. Bernard Filiatre - à 1 t
  3. Guillaume Brasseur (Madinina Bikers) - entr. Romuald Foucher - à 4 t
  4. Rayan Younsi (Lyon Sprint Evolution) - entr. Sylvain Pacheco - à 5 t
  5. Vincent Lebreton (U.S. St Michel Charles Christ) - entr. Laurent Seyeux - à 7 t

 

Classement 2ème série  - 90 tours

  1. Emilien Clère (V.S. Chartres) - entr. François Toscano - moy. 64.816 km/h
  2. Kevin Fouache (La Roche sur Yon Vendée) - entr. Sylvain Pacheco - à 1 t
  3. Paul Thomas (A.C. Lyon Vaise) - entr. Romuald Foucher
  4. Axel Richiero (E.S. St Martin d'Heres) - entr. Gilles Richiero
  5. Lucas Diagne (U.C. Orléans) - entr. Michel Filiatre
  6. Eric Brugnon (Bazin Cyclisme Haute Saône) - entr. Antoine Breton

 

Petite Finale

 

1. Lucas Diagne (U.C. Orléans) - entr. Michel Filiatre - moy. 62.430 km/h

 

2. Vincent Lebreton (U.S. St Michel Charles Christ) - entr. Laurent Seyeux

 

3. Eric Brugnon (Bazin Cyclisme Haute Saône) - entr. Antoine Breton

 

 

Finale

 

  1. Joseph Berlin-Semon (A.C. Bisontine) - entr. Marc Pacheco - moy. 70.081 km/h
  2. Emilien Clère (V.S. Chartres) - entr. François Toscano - à 2 t
  3. Kevin Fouache (La Roche sur Yon Vendée) - entr. Sylvain Pacheco - à 5 t
  4. Paul Thomas (A.C. Lyon Vaise) - entr. Michel Meunier - à 9 t
  5. Christopher Gamez (Olympique C.V.O.)  - entr. Bernard Filiatre - à 10 t
  6. Guillaume Brasseur (Madinina Bikers) - entr. Romuald Foucher -à 13 t
  7. Axel Richiero (E.S. St Martin d'Heres) - entr. Gilles Richiero - à 18 t

 Ab. : Rayan Younsi / entr. Michel Filiatre



18/09/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 142 autres membres