STAYER -FR

STAYER -FR

FRANCE DE DEMI FOND 2019 : J - 4 - QUID DU TENANT DU TITRE ?

70186003_791757861240108_5867579948071387136_n.jpg

 

Il aura bien promené cette année son maillot tricolore.

 

A maintenant cinq jours de la course qui décidera s’il reconduira ou non son bail, c’était le moment de prendre des nouvelles de Joseph Berlin-Semon.

 

 

STAYER FR : « Joseph, comment abordes-tu ce France 2019 ? »

J.B.S. : « Très motivé par cette remise en jeu de mon titre. Je découvre une  situation que je n’ai jamais connue auparavant. Mais je la vis bien, je suis confiant, et prêt à aller rechercher à nouveau ce maillot »

 

STAYER FR : « Donc tous les voyants sont au vert  pour samedi  ? »

J.B.S. : « Oui. Je suis confiant dans la mesure où j’ai fait le nécessaire au niveau de ma préparation. Samedi soir, quel que soit mon résultat, je ne pourrai pas avoir de regrets de ce côté-là »

 

STAYER FR : « Quelle différence entre le Joseph Berlin-Semon de Juillet et celui d’aujourd’hui ? »

J.B.S. : « A Pordenone, au championnat d’Europe, je me suis présenté au départ avec zéro courses de demi-fond au compteur, seulement des entraînements sur la piste de Lyon, alors que mes adversaires en avaient eux largement une bonne dizaine au minimum dans les jambes. Pourtant, dans ces conditions, j’ai réussi à accéder à la finale, et à terminer cinquième. »

«  La différence est qu’aujourd’hui j’ai aligné ces deux dernières semaines trois courses de demi-fond (Zurich, La Roche- sur-Yon, Coueron) une course derrière derny (Wetteren, soit une bonne centaine de kilomètres au compteur au total des deux manches )… »

« Ce week-end j’ai participé à la Montée Jean de Gribaldy pas loin de chez moi, à Besançon. Dans cette course de côte (une partie en ligne, une partie chronométrée) je me suis bien débrouillé au point de terminer dans le Top 10. Le lendemain, j’ai participé à une course sur route dans le Jura : une deuxième place à la clef. A partir de là, trouver la condition devient plus facile, car finalement dans mon programme d’entraînement, c’est   la partie course qui a représenté la plus grosse part de mon travail. »

 

 STAYER FR : « Parles-nous un peu de ta course à Wetteren, en Belgique ? »

J.B.S. : «  Ca s’est vraiment bien passé pour moi. J’ai adoré. Seul Français, seul coureur amateur qui se retrouve aux côtés des Evenepoel, Naesen, Merlier le champion de Belgique, Iljo Keisse, Laurens de Plus… Il y avait de quoi être intimidé. Eh bien, j’ai été très bien accueilli, et au bout de quelques instants, beaucoup de coureurs discutaient avec moi, c’était vraiment sympathique. Dans la première manche, compte tenu de la fatigue du voyage (la veille et l’avant-veille j’avais couru à La Roche et Coueron), je n’étais pas trop à l’aise. Mais dans la deuxième, tout allait mieux, on a même avec Marc Pacheco été voir un peu comment ça se passait en tête de la course, bref, on  a pris confiance et on a vite oublié le stress du départ et existé pendant la course. »

«  En plus, l’ambiance était vraiment porteuse. Tu te rends compte, j’avais un club de supporters qui m’ont encouragé durant la course, les « Derny Boys » !  demande à Antoine Gaudillat, il les connait bien. Ces gars-là ont l’habitude de soutenir les coureurs français. Vraiment sympathique le fan-club. Je ne pouvais pas faire autrement que de céder à leur rituel du bock de bière à boire cul sec après la course, je leur devais bien ça ! »

 

A samedi donc Joseph, pour un autre rituel, plus solennel celui-là.

 


 74 visites au 12/9/2019

Patrick Police

pour STAYER FR

 

 



10/09/2019
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 138 autres membres